Entretien avec maître Kusum Modak par Kamakshi

Pune Magazine 2007

Kamakshi:

Vous avez passé 20 ans avec le célèbre maître de yoga Mr. Shri B.K.S. Iyengar, comment cela vous a-t-il enrichi ?

Kusum Modak: Ma santé n’était pas bonne, j’avais beaucoup de problèmes physiques, j’étais une fille très faible, ma colonne vertébrale était comme ça, ma respiration était mauvaise, et mon système immunitaire était très faible. J’avais essayé beaucoup de choses différentes, mais rien ne m’a aidée. Puis j’ai pensé à une dernière chose que j’aimerais essayer de faire – c’est le yoga. Je me suis donc inscrit à l’Institut de yoga Ramamani Iyengar. Je dois beaucoup à mon respecté Guruji B.K.S. Iyengar pour ce que j’ai aujourd’hui. Je n’enseigne pas le yoga ou autre chose, ce n’est pas mon domaine. Je le fais simplement pour ma santé. Quand j’ai commencé à aller à l’Institut – une ou deux fois par semaine -, lentement, lentement, j’ai commencé à être en meilleure santé. Je pouvais le sentir, ma posture devenait bonne, mon appétit et ma respiration s’amélioraient. Vous avez maintenant l’exemple devant vous. Je suis une femme de 69 ans…

Kamakshi: Et vous êtes en pleine forme…

Kusum Modak: Merci.

Kusum: Par exemple, quelqu’un vient avec un grave problème de dos, et alors je dirais, peut-être que je vais essayer d’utiliser mon pied pour faire un peu plus de pression, peut-être que je voudrais essayer cet étirement pour voir comment elle se sent, ou il se sent avec cela. Et la fois suivante, quand le patient est venu, le client a dit : “Oh, je me sens un peu mieux avec ce que vous avez fait. Quand vous avez fait le travail, j’ai eu un peu mal, mais je me sens un peu mieux après ça”. Puis j’ai senti que c’était un bon étirement pour ceci, que c’était une bonne pression pour cela. C’est ainsi que j’ai développé ce travail. Le travail que je partage avec tous mes étudiants – personne ne m’a appris. Tous mes clients sont mes livres. Je déteste étudier, lire des livres, et ceci et cela. Je dis toujours qu’ils sont mes livres, avec eux j’ai appris beaucoup, beaucoup de choses. Depuis que j’ai commencé à travailler, je n’ai jamais regardé en arrière.

Kamakshi: Pourquoi utilisez-vous les étirements et le travail sur la respiration ?
Kusum : Parce que lorsque nous essayons de faire les étirements, c’est un travail plus intense pour vous ; et si vous retenez la respiration, au lieu d’ouvrir le corps – vous essayez de résister à mon travail. Tu dois donc être pleinement conscient de ta respiration, pour m’aider. Par exemple, si vous faites l’étirement avec peur ou avec tension, sans savoir ce qui se passe dans votre corps, si je retiens ma respiration, au lieu d’obtenir de bons résultats, vous obtiendrez de mauvais résultats de ma part, car je ressens des sensations d’étouffement dans mes poumons. La respiration est donc la chose la plus importante, surtout lorsque nous effectuons un travail profond. Quand ils viennent après quelques séances, ils disent : ” Je n’ai plus envie de fumer, je n’ai plus envie de boire ” Parce que quand votre corps est sain, votre esprit est sain – votre vie est plus heureuse ; donc vous n’avez pas envie de passer par les chemins de traverse, de faire toutes ces choses.

Kamakshi :

Quels sont les trois humeurs, Kapha, Vata et Pitta, comment travaillez-vous avec elles ?

.

Kusum Modak : Kapha, vata, pitta sont les éléments que nous avons tous,

.
et selon ma compréhension, si l’un descend, votre énergie descend, alors vous ressentez la tension, alors vous ressentez la douleur. Donc avec notre travail corporel complet, avec la stimulation des organes, du corps, des articulations, des muscles, nous essayons de tout équilibrer. Vous pouvez venir avec un problème de dos, mais nous ne nous concentrons pas uniquement sur votre dos, car vous devez sentir le travail complet du corps. C’est alors seulement que cela vous aide. Et nous gardons toujours le problème à l’esprit. Comme tout le monde a des problèmes différents, nous gardons ce problème à l’esprit et commençons par travailler sur la colonne vertébrale, car la colonne vertébrale est la base de notre travail. Si vous venez avec un problème de genou, je ne commencerai jamais par le genou, ou mes étudiants ne commenceront jamais par le genou. Nous devons d’abord échauffer votre colonne vertébrale, puis nous nous concentrons sur le genou. La séance commence par la colonne vertébrale et se termine par les yeux. L’arrière comme l’avant. Nous ne travaillons jamais uniquement avec la zone problématique.

Kamakshi: Massage yoga ayurvédique traditionnel – est-ce un terme que vous avez inventé ou qui existait déjà ? En quoi votre système diffère-t-il du massage traditionnel ?

Kusum Modak: Parce que nous utilisons beaucoup d’étirements pour le corps, non ? Cela vient du yoga. Si vous allez au Kerala, ils font avec beaucoup d’huile, et juste le travail du corps. Mais mon expérience est qu’après avoir réchauffé votre corps, lorsque nous essayons de faire de petits étirements, les progrès sont plus faciles. C’est pourquoi nous appelons ce massage yoga ayurvédique traditionnel. Jusqu’à aujourd’hui, si quelqu’un veut venir me voir pour apprendre cet art, je suis ouvert à cela. Mais je ne fais jamais aucune sorte de publicité, car je crois que le bouche à oreille est une bien meilleure voie.

Kamakshi: Le massage est-il fonction de l’individu ?

Kusum Modak: Oui, bien sûr. Si le patient est très chronique, vous ne pouvez pas faire beaucoup de travail difficile pendant la première ou les deux premières séances. Laissez-les obtenir la sensation d’une certaine ouverture, laissez-les obtenir la sensation de leur respiration, et puis plus tard vous pouvez procéder plus loin.

Kamakshi : Mélangez-vous les huiles avec la poudre ? Quelle est cette poudre ? Quelles huiles utilisez-vous ?

Kusum Modak: Nous utilisons de l’huile pure, n’importe quelle huile disponible, c’est-à-dire de l’huile de sésame, d’arachide, de tournesol, d’amande ; l’huile d’olive est aussi très bonne. Nous n’utilisons jamais d’huile de noix de coco pour le massage du corps, car elle n’est pas bonne pour la peau, mais seulement pour les cheveux. Et la poudre que nous utilisons s’appelle ‘Vaikhand‘, en anglais ça s’appelle ‘Calamus‘, c’est une racine et elle est très bonne pour la circulation sanguine, elle fait sortir les toxines du corps, elle stimule le sang et elle est antiseptique. Vous pouvez l’obtenir dans les magasins ayurvédiques, la racine de calamus.

Kamakshi: Je faisais une recherche Google sur ” Kusum Modak “, ” Ayurvedic Yoga Massage “, et vous êtes attribuée sur les sites et blogs de tant de personnes comme leur gourou dans cet art. Il n’y a absolument aucune information sur vous, mais vous êtes partout.

Kusum Modak : C’est ce que j’ai dit ; je suis une personne très discrète. Même de l’ashram, beaucoup de thérapeutes ont appris ce travail de moi, beaucoup d’entre eux. Une de mes étudiantes Taruna, donne des groupes et des séances dans l’ashram. Elle a appris de moi il y a 4-5 ans. Quelques médecins l’ont également appris de moi. L’histoire de l’ashram est également très intéressante. Je fréquentais le Yoga Institute depuis une vingtaine d’années. Quand Osho est revenu des Etats-Unis, un ami du Yoga était à une fête à Koregaon Park et il parlait de moi à certains de ses amis. Une Allemande qui l’écoutait lui a dit qu’elle aimerait essayer de travailler avec cette personne dont vous parlez, qui est-elle ? Il lui a répondu qu’il s’agissait de mon amie Yoga, Kusum, qui fait un travail sur le corps, et c’est un travail très fort, mais il aide énormément à faire du yoga plus facilement, et vous rend plus conscient du corps physique également. Elle m’a demandé mon numéro, mais à l’époque je n’avais pas de téléphone, rien. Alors il lui a donné mon adresse. Et un jour, elle est venue. Ma mère a dit : “Quelqu’un te cherche.” Elle est entrée et a dit : “J’ai entendu parler de vous, je voudrais essayer votre travail”. Et puis comme ça, une, trois, cinq, vingt sont venues… juste comme ça. Selon moi, votre Maître Osho est l’homme du siècle, je le respecte beaucoup, j’aime sa compréhension ; j’aime tout.

Kamakshi: Que pensez-vous des nouvelles façons de faire dans la société, où les gens sont de moins en moins en contact avec leur corps ?

Kusum Modak: Si vous dites à une fille indienne qui va à l’université, que je n’ai pas de table à manger ; il faut s’asseoir par terre et manger ; comme dans l’ancien temps, ce que nous faisions. Elle dira : “Oh, j’ai du mal à m’asseoir…”, ce qui est une pensée très dérangeante. Je ne veux pas dire que tout ce qui est moderne est mauvais, et que tout ce qui est ancien est bon. Mais nous essayons de prendre la voie du milieu ; nous essayons d’établir un équilibre entre les deux. Nous devons accepter certaines choses nouvelles, et nous devons aussi accepter certaines choses anciennes. Pourquoi n’écoutez-vous pas votre propre esprit ? Pourquoi n’écoutez-vous pas vos propres sentiments ? La plupart du temps, nous suivons la société. Beaucoup de gens me demandent : “Vous vous sentez à l’aise avec le sari ? Vous donnez des massages avec le sari ? Vous enseignez ce travail avec votre sari ?” Je me sens très à l’aise avec mon sari, je suis très heureuse. Je suis une femme très traditionnelle, et je suis très heureuse – je suis comme ça. Je dois dire que le fait de vivre en Inde, de ne pas me marier, de faire ce travail avec des hommes et des femmes, tout le mérite en revient à ma mère, car elle était un pilier derrière moi. (les larmes coulent tandis que sa voix faiblit) Sinon, je n’aurais pas été capable de faire tout cela. Elle ne m’a jamais forcée à me marier, elle ne m’a jamais, pas même une fois, demandé quel travail je faisais, si je me sentais bien comme ça. Tout le mérite lui revient donc, elle était un pilier très solide derrière moi. Elle me manque beaucoup.

Kamakshi: J’ai entendu dire que votre travail est très structuré, il couvre systématiquement chaque partie du corps. Qu’une fois que vous avez eu ce genre de massage ; avec un autre style, vous sentez la différence, vous avez partagé quelque chose d’étonnant avec tous vos étudiants, qui le prennent dans le monde entier….

Kusum Modak: Je me sens très heureuse et satisfaite que mes étudiants s’épanouissent. Je ne fais qu’une goutte du travail, mais je me sens très heureux de ce que j’ai développé un peu. Et pour être très honnête avec vous, maintenant à cet âge, j’ai fait beaucoup de travail, des séances individuelles aussi. Maintenant, à ce stade, j’aimerais transmettre le plus possible. Autrefois, il y avait encore tant de secrets cachés que nous ne connaissons pas. Cela se perpétue au sein de la famille. Tu es mon fils, tu es ma fille, et je ne le transmets qu’à toi, pas aux autres. Tant de secrets cachés le sont encore. Mais je pense le contraire. Jusqu’à aujourd’hui, si je sens que cela pourrait être une bonne chose, je me sens très mal à l’aise jusqu’à ce que je puisse le transmettre à mes étudiants, parce que peut-être la prochaine fois ne viendra pas. Vous comprenez ce que je veux dire ? C’est pourquoi j’ai toujours voulu le transmettre. C’est pourquoi tous mes amis, mes élèves les plus âgés, disent qu’aucun de vos ateliers ne se ressemble, qu’ils ne sont pas monotones. Chaque fois que quelque chose arrive, je le transmets…

-Entretien réalisé par Mme Kamakshi, Pune, Inde.

Apprendre la méthode Kusum Modak d’ Ayurvedic Yoga Massage

Les cours d’AYM sont enseignés par Ananta Sylvain Girard dans le monde entier depuis 1996